Trois leaders identifiés

Tous les dossiers
le 23 janv. 2015
Thibaut Pinot, Arnaud Démare et Arthur Vichot

    "ON FAIT DES CHOIX SPORTIFS, C'EST TOUT."

 

Pour se maintenir à son niveau, est-il nécessaire pour Thibaut de gagner des courses ?

Je constate que les grands leaders, ceux qui luttent pour le classement général dans le Tour, ne sont pas ceux qui gagnent le plus de courses. Thibaut, pour y parvenir, a besoin d'arrivées au sommet. Quand il termine deuxième dans des étapes du Tour derrière Nibali qui en a gagné quatre, ça vaut bien des victoires obtenues ailleurs par d'autres coureurs. Mais bien sûr, Thibaut a besoin de lever les bras comme tout coureur cycliste. Ce sera d'autant mieux pour sa confiance.

 

Quels ajustements avez-vous apporté à son programme ?

Il reste à peu près le même. Les parcours proposés par les organisateurs décident plus ou moins du programme. A ce jour, par exemple, il ne sait pas encore s'il disputera le Critérium du Dauphiné ou le Tour de Suisse.

 

On peut te faire le reproche de ne pas le voir beaucoup courir en France...

Il sera dans le Grand Prix "La Marseillaise", l'Etoile de Bessèges, le Critérium International et dans le Critérium du Dauphiné si le parcours lui convient... Il y a des organisateurs qui parfois nous remercient d'avoir aligné une belle équipe mais on ne cherche pas à faire plaisir. On fait des choix sportifs, c'est tout.

 

C'est dommage qu'il ne dispute pas Paris-Nice ?

Parce que Tirreno-Adriatico avec une arrivée au sommet lui convient mieux. Paris-Nice est en mars, il y a des bordures au début, il fait froid, c'est une course exigente, âpre et Thibaut, au mois de mars, est encore loin de ses objectifs. Ne vous inquiétez pas, l'équipe FDJ alignée dans Paris-Nice sera compétitive.

       

"ARNAUD DEMARE PARIS-ROUBAIX EST DANS SES CORDES"

 

Arnaud Démare, le deuxième scoreur de la saison dernière (15 victoires) derrière Andre Greipel (16) doit-il gagner une classique cette année ?

Arnaud n'a pas gagné de courses World Tour en 2014, il s'y est imposé par le passé. C'est une question de circonstances et pour lui, comme pour nous, il n'y a pas de différence. Toute course est bonne à gagner.

 

Y-a-t-il des courses encore inaccessibles pour Arnaud ?

Paris-Roubaix est dans ses cordes, il ne lui a pas manqué grand chose en 2014 pour qu'il y obtienne une bonne place, principalement un peu de réussite. Que lui a-t-il manqué pour gagner Gand-Wevelgem ? Quelques centimètres...

 

On s'attend à ce que le début de saison soit médiatiquement tourné autour de son duel avec Nacer Bouhanni ?

Le duel, franchement, je n'en ai rien à faire. Ce qui compte c'est gagner et peu importe contre qui. Ma priorité est de faire tourner le compteur !

 

En 2014 l'équipe FDJ a challengé le World Tour en engageant une équipe compétitive dans chaque épreuve. Adopterez-vous la même stratégie cette année ?

Nous sommes dans une année de transition. Nous avons de jeunes sprinteurs, Marc Sarreau et Lorenzo Manzin à qui il faut laisser un peu de temps mais nous avons des coureurs qui doivent montrer ce qu'ils valent, les Le Bon, le Gac, Reza et Lecuisinier notamment. En tout cas, qu'ils continuent de progresser et pour certains d'entre eux, cela doit passer par des victoires.

   

"ARTHUR VICHOT EN GAGNERA UNE BELLE CHAQUE ANNEE"

 

Votre troisième leader, Arthur Vichot, ne doit pas être mécontent de laisser 2014 dans le rétro ?

A part sa réussite dans Paris-Nice (victoire d'étape et troisième du classement général), il a connu une année compliquée entre chutes et maladies. Arthur fait partie de ces coureurs dont on est sûr qu'il va en gagner une belle chaque année. Je n'ai pas de doute sur le fait qu'il va tilter. Dans des étapes de Paris-Nice ou ailleurs, j'espère dans une classique ardennaise, à Plouay, à Montreal. Il est comme Thibaut et Arnaud, il entre dans sa période de maturité.